L’Ouragan, Brick Négrier

300

Au XVIIIe siècle, lorsque la traite des nègres devient illégale suite au Traité de Vienne en 1815, le brick devient le bateau de prédilection des négriers qui cherchent à échapper aux bâtiments de surveillance. L’Ouragan fut l’un de ces navires, qui, grâce à la finesse de sa ligne et sa coque bordée à clins, sut allier vitesse et maniabilité et devint l’un des plus rapides transporteurs d’esclaves du XIXe siècle.

 

A PROPOS DE LA MAQUETTE :
Tous nos modèles peuvent être fabriqués à la taille et/ou aux couleurs de votre choix, sur commande.
Finition Coque : Coque vernie sans peinture
Dimensions (Longueur) : 58 / 80 cm
Prix : 300 / 480 €

Description

TYPE DE BATEAU : Brick

ANNÉE DE LANCEMENT : 1830

PAYS DE CONSTRUCTION : France

 

HISTORIQUE : Il n’existe pas de navire négrier spécifique. C’est un navire de commerce ordinaire qui, pour une partie de son temps, transportait des esclaves noirs. Du XVe à la fin du XVIIe siècle on en trouve de tous types et de toutes tailles : caravelles portugaises, galions espagnols et flûtes hollandaises, mais aussi d’anciens bâtiments de guerre recyclés pour la traite, comme les frégates, moins lourdes et plus rapides que les vaisseaux, ou les corvettes, rapides et maniables, intermédiaires entre frégate et brick.
Cependant, au XVIIIe siècle, une tendance se dessine fortement lorsque la traite des nègres est officiellement condamnée par le Traité de Vienne en 1815. Devenue illégale, elle continuera toutefois pendant un demi-siècle dans les colonies françaises.
Pour poursuivre leurs activités, les négriers durent concevoir des bateaux capables d’échapper aux bâtiments de surveillance, soit des petits navires très rapides, fortement voilés et d’assez faible tonnage. Le bateau préféré des négriers devint le brick, pour ses qualités de manœuvre et de vitesse, idéales pour le cabotage et la course en mer. En effet, ces petits navires très rapides pouvaient échapper aux croisières de répression, mais aussi remonter le cours des rivières africaines qui offrent des mouillages plus discrets que les rades côtières.
L’Ouragan fut l’un de ces navires, qui, grâce à la finesse de sa ligne et sa coque bordée à clins, sut allier vitesse et maniabilité et devint l’un des plus rapides transporteurs d’esclaves du XIXe siècle.