HMS Bounty (Blight)

380

Le HMS Bounty (His Majesty’s Ship Bounty) était une unité de la Royal Navy britannique qui est entrée dans l’histoire en raison de la célèbre mutinerie d’une partie de son équipage le 28 avril 1789.

 

A PROPOS DE LA MAQUETTE :
Tous nos modèles peuvent être fabriqués à la taille et/ou aux couleurs de votre choix, sur commande.
Finition Coque : Coque peinte aux couleurs d’origine OU vernis sans peinture
Dimensions (Longueur) : 53/ 78 / 120 cm
Prix : 380 / 550 / 780 €

Description

TYPE DE BATEAU :  Frégate
ANNÉE DE LANCEMENT : 1787
PAYS DE CONSTRUCTION : Angleterre

 

HISTORIQUE : L’expédition du Bounty, parti d’Angleterre le 23 décembre 1787 avec un équipage de 46 hommes, était conçue pour découvrir et récolter à Tahiti une curiosité botanique, l’arbre à pain afin de l’implanter aux Antilles pour le cultiver et nourrir les esclaves des grandes plantations.
Le capitaine William Bligh, nommé à 22 ans maître d’équipage sous le commandement du célèbre James Cook, décroche alors son second commandement, Le Bounty, et engage son second, Fletcher Christian, un lointain cousin. Le voyage dure huit mois dans des conditions difficiles. Arrivés à Tahiti le 26 octobre 1788, Bligh et son équipage sont contraints de prolonger leur séjour sur l’île : la récolte des arbres à pain va durer six mois. Au cours de cette étape Tahitienne merveilleuse et reposante, les marins participent aux fêtes ainsi qu’à la vie de village, et beaucoup d’entre eux trouvent une compagne (ou mêmes plusieurs) parmi la population locale.
Six mois plus tard, alors que le Bounty quitte Tahiti, sa vie tropicale nonchalante, ses vahinés, son luxe, les marins réintègrent leur espace confiné et Bligh restaure à bord une discipline encore plus stricte et humiliante. L’atmosphère devient des plus en plus tendue entre Bligh et Fletcher Christian.
24 jours après que le Bounty ait quitté Tahiti, Fletcher Christian, aidé de 8 hommes d’équipage, s’empare du navire au petit matin du 28 avril 1789. Le capitaine et 18 membres d’équipages sont jetés dans une chaloupe avec quelques vivres. Sans carte, Bligh réussit alors l’exploit de faire suivre à la chaloupe un trajet de presque 7000 km jusqu’à Timor en Indonésie, avant d’être enfin secouru et rentrer en Angleterre en mars 1790.
Fletcher Christian et certains mutins débarquent sur l’île Pitcairn, choisie car elle est mal répertoriée sur les cartes maritimes de l’époque, et brûlent le navire le 23 janvier 1790. Ils se mettent à l’alcool et traitent toujours plus mal les Tahitiens, massacrant des guerriers locaux et considérant les femmes comme des propriétés que les mutins peuvent s’échanger à leur guise. Après différentes péripéties, en 1793, les Tahitiens se lassent et tuent Fletcher Christian et ses compagnons à la hache. Le sort des mutins, recherchés par la Royal Navy, était resté inconnu jusqu’à ce qu’un baleinier, le Topaz, s’arrête sur l’île pour prendre de l’eau en septembre 1808. Un seul mutin, John Adams, est encore en vie. Il vit avec dix femmes et leurs enfants.
Quant aux mutins restés à Tahiti, ils sont capturés en 1791 par un vaisseau britannique venu les chercher, le Pandora. Certains périssent dans le naufrage du vaisseau. Les survivants du naufrage doivent encore survivre au retour qui se fait dans des conditions déplorables. Le procès en Grande-Bretagne est retentissant. Bligh, rentré le premier, a déjà publié sa version des faits et l’opinion publique lui est largement favorable. Les témoignages s’accumulent, plus ou moins confus en ce qui concerne le rôle précis de chacun lors de la mutinerie. Certains n’échappent à la potence que grâce à la clémence du roi.
Bligh poursuivra une brillante carrière dans la Navy et finira vice-amiral en 1814 avant de mourir en 1817. Le dernier mutin du Bounty qui a survécu à la colère des Tahitiens, Adams, sera retrouvé en 1814 – 26 ans après la mutinerie ! – sur l’île de Pitcairn où, “oublié” par la Navy, il est mort et enterré en 1829.
Luis Marden découvre l’épave du Bounty au large de l’île Pitcairn en janvier 1957. Quelques parties du navire ont ensuite été extraites, dont une des ancres.

 

ET AUJOURD’HUI ? Fletcher Christian et les mutins brûlent le Bounty le 23 janvier 1790.
Luis Marden découvre l’épave du Bounty au large de l’île Pitcairn en janvier 1957. Quelques parties du navire ont ensuite été extraites, dont une des ancres.
Une réplique du Bounty est commandé en 1961 par la Metro Goldwyn Mayer pour les besoins de son film Les Révoltés du « Bounty », sorti en 1962. Le Bounty est construit à Lunenburg telle qu’il l’aurait été au XVIIIe siècle, à partir de croquis présents dans les archives de l’Admiralty. Ses dimensions sont augmentées d’un tiers afin de s’adapter aux caméras de 70 mm alors utilisées. La réplique sombre finalement au large de la côte de la Caroline du Nord pendant l’ouragan Sandy, le 29 octobre 2012.

Additional information

Product Type

HMS Bounty (Blight), HMS Bounty – Coupe